Ce que le jour doit à la nuit

Ce que le jour doit à la nuit – vendredi 5 février à 14h et 20h45 [danse contemporaine, hip hop]

tarif C, jeune 15 €, matinée scolaire 6 € Vésinet, 8 € hors Vésinet
durée : 1h15
 
 
 
 

pictogram-306031__180
Tout public à partir de 8 ans

par la Compagnie Hervé Koubi

Comme le jeune garçon, héros ordinaire du roman éponyme de Yasmina Khadra, balloté d’une famille à une autre, Hervé Koubi part en explorateur de sa propre histoire qui croise celle de l’Algérie. Après un voyage au pays de ses parents, Hervé Koubi réunit onze danseurs algériens et explore avec eux les secrets de ses origines et de son rapport au monde. Sublime évocation d’un pays rêvé, regardé avec toute sa culture chorégraphique occidentale. Plongée dans la pénombre, traversée par l’énergie des interprètes, sa chorégraphie s’appuie sur un tissage de musiques sacrées de différentes religions, de Bach aux musiques soufies. Entre hip hop, danse de rue, capoeira et danse contemporaine, un spectacle tout simplement beau, sensible, sensuel et captivant.

Réserver en ligne
Coproduction : Ballet de l’Opéra National du Rhin – Centre Chorégraphique National / Centre Chorégraphique National de Créteil et du Val de Marne – Cie Kafig / Palais des congrès de Loudéac / Centre Culturel de Vitré / Ballet Preljocaj – Centre Chorégraphique National d’Aix en Provence / Ballet Biarritz – Thierry Malandain – Centre Chorégraphique National. Avec le soutien de la DRAC PACA, DRAC Limousin, département de la Corrèze, la région Limousin et la ville de Brive-la-Gaillarde.

 

La presse en parle

« Ce que le jour doit à la nuit n’en finit pas de tourner et c’est une excellente chose que cette rencontre avec le public. En 2009, après un voyage dans le pays de ses parents, l’Algérie, le chorégraphe rassemble onze danseurs algériens et fouille avec eux les secrets de ses origines et de son rapport au monde. Plongée dans la pénombre, traversée par l’énergie des interprètes, cette pièce s’appuie sur des musiques sacrées de différentes religions pour dénouer les peurs. »
Télérama sortir

« Un spectacle témoignage signifié par le titre : « Cela veut dire ce que l’on doit à la vérité, au souvenir, à la mémoire. » Les douze danseurs plutôt formés à la pratique du hip-hop ou capoeira ont muté vers de nouvelles techniques empruntées aux trajectoires et mouvements des danses de rue ; ils en gardent une énergie à couper le souffle portés par des partitions qui se font écho. »
Ouest-France

« Sa haute technicité, sa poésie, sa puissance expressive tiennent autant de l’inspiration chorégraphique que la qualité des interprètes de cultures diverses, donc de sensibilités différentes. »
La Marseillaise

 

  • chorégraphie : Hervé Koubi
  • d’après le roman de Yasmina Khadra
  • avec Hamza Benamar, Lazhar Berrouag, Nasserdine Djarrad, Fayçal Hamlat, Nassim Hendi, Amine Maamar Kouadri, Riad Mendjel, Issa Sanou, Ismail Seddiki, Reda Tighremt, Mustapha Zahem, Adel Zouba
  • création musicale : Maxime Bodson
  • création lumières : Lionel Buzonie
  • création costumes : Guillaume Gabriel